Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 25 le Dim 18 Jan - 6:18
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Poème choisi

Paraphysique du capital

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Paraphysique du capital

Message  Faubert Patrice le Ven 11 Juil - 2:30

Un français sur huit, est seul
Dans les prochaines années, un sur trois, sera seul
Dans tous les pays le même phénomène
Les lois du capital sont partout les mêmes !
La technologie nous isole
La hiérarchie nous isole
La culture nous isole
La compétition nous isole
La séparation est notre idole
Personne ne s'en désole !
C'est une contagion émotionnelle
Où l'altruisme est auto-protecteur
Comme la Terre et son noyau intérieur
Après 6400 km de profondeur
Et plus aucune gravité
Nonobstant, la vie grouille sous nos pieds
A 160 km sous terre, voilà les diamants
Le carbone se cristallise, c'est étonnant
L'intérieur de la planète Terre
Plus encore que l'univers, est un mystère
Mais sans notre bouclier géomagnétique
Nous succomberions sous les radiations cosmiques
Déjà, il y a une brèche dans notre champ magnétique !
Comme le virus de la politique
Qui n'est que la politique du virus
Aucun hasard dans le numerus clausus
Comme la folie, qui tout, vous explique
L'être humain en est le produit, c'est épique
Comme la sexualité
Qui est en prison
Pour l'assouvir, il faut payer
Les séquences sont tarifées
Les riches ont de la qualité
Pour les pauvres, c'est plus risqué
Pour les chaussures, les habits, ici, tout peut se généraliser
Rien n'est laissé au hasard
Pour tous et toutes son placard
En fonction de sa puissance pécuniaire
Dans une économie de marché, tout est cher
En sexualité comme pour le reste
Tout à un prix, un coût, c'est net !
D'une façon l'autre
Il faut passer à la caisse
Et les femelles en chaleur
Toujours pour les mâles dominateurs
Les femelles aiment les baratineurs
Elles aiment la sécurité, l'image du bonheur
Les mâles qui sont seuls
Souvent, sont sans argent, au chômage ou en marge
C'est ainsi, c'est bien dommage
Les couilles toujours pleines
Et la rage furieuse dans la peine
Pour baiser il faut travailler
Ou pour le moins, se conformer
La plupart des femmes recherchent la sécurité
A cela, depuis petites, elles sont conditionnées
La vie ne fait aucun cadeau
D'une méthode l'autre, il faut payer, laid ou beau
Avec l'argent, il en sera toujours ainsi
Il faut transformer les mentalités, il faut l'anarchie !
Bien manger, bien baiser, bien vivre, il faut du fric
C'est pour cela qu'il y a le flic
Mâles et femelles, car nous sommes si singes
Mais moins gentils, malgré nos méninges
Voilà ce que c'est de lire
Le primatologue Frans de Waal, sans le médire
Pour qui la nature est une société solidaire
Empathie, sympathie, à la réaction, cela devrait déplaire
Mais, moi, qui flaire de la souffrance partout
A cette cause, je préfère y passer pour fou
Pessimiste, pour beaucoup
Aux optimistes de me tordre le cou !
Misère morale, misère sexuelle
Misère affective, misère spirituelle
Et je me souviens du cri d'une manifestation
Jadis, de jeunes anarchistes, ironiques garçons
" Une seule solution, la masturbation "
Les fascistes et autoritaires, mieux lotis
Avec l'argent, la sécurité, l'autorité
Ils ont toute la panoplie
Pour emballer toutes les beautés
Qui rêvent de se faire acheter
Comme tant de femmes, qui furent fascinées
Par les Hitler, les Mussolini, les Franco
Un conditionnement est toujours idiot
A des enfants aux comportements répétés
L'histoire de chaque corps
Est le corps de chaque histoire
Même si nous ne voulons pas le croire
Tout y est vivant, tout y est mort !
La plupart des fascistes sont des imbéciles
Leurs regards sont vides, leurs cerveaux sont débiles
De gauche, de droite, d'ailleurs, sans réflexion
Ils et elles sont partout, jamais ne s'en vont
Avec une sexualité refoulée ou normée
Au lit pas assez aimés
Et c'est la recherche d'autorité, de hiérarchie
De concurrence où l'autre est l'ennemi
Ô paradoxe, ceux et celles qui aiment vraiment faire l'amour
Ne trouvent pas de partenaires
Sans argent, sans travail, sans logis, on passe son tour
Et cette musique a rarement un autre air !
Et puis la femme ne fait jamais le premier pas
Par apprentissage ou alors c'est un cas
Il lui suffit d'attendre, pas besoin d'entreprendre
Elle est le sexe fort, il ne faut pas se méprendre !
Car draguer, c'est ramper
Séduire et donc mentir, un rôle, endosser !
D'après le ministère de l'intérieur
De France, de la police, de la terreur
Il y aurait 5000 bandes en France
Bandes de jeunes qui font peur à la finance
Cités aux dizaines de jeunes qui s'affrontent
Au lieu de s'unir contre le capital, avec cette misère qui monte
J'ai pu traverser en toute tranquillité
Une fois, à La Courneuve, ville où je suis né
Deux bandes rivales qui voulaient en découdre
Centaines de jeunes comme la foudre
Au lieu d'Aubervilliers contre La Courneuve, en furieux
Tous unis contre le capital, ce serait mieux
Tous unis contre le fascisme libéral, pour en finir avec dieu !
Et au 7 Allemagne, Brésil 1, si hiérarchique
Préférons les 12 millions de naturistes en Allemagne
Cela, au moins, c'est plus sympathique
Le corps en liberté, pas besoin de pagne
Il faut un changement de paradigme
Pour que la vie devienne enfin philosophique
Comme en science
Si figée, qui empêche le domaine de cohérence
De la biologie numérique
Contre le dogme scientifique
Comme la mémoire de l'eau
C'est l'exemple si beau
De feu ( 1935-2004 ) Jacques Benveniste, si décrié
A son disciple ( né en 1932 ) Luc Montagnier, prix Nobel, aussi critiqué
Transduction de l'ADN par des dilutions
Ondes électromagnétiques en presque téléportation
Et en médecine, de nouvelles applications !
Mais encore une fois, je l'écris
La plupart, sinon toutes, des maladies
Finiraient par disparaître en anarchie
D'autres rapports humains
Plus aucune religion, plus aucune idéologie
Ni compétition, ni comparaison, ni séparation, ni hiérarchie
Et pour tous et toutes, la belle vie
Plus de début ni de fin
Toujours la liesse, plus aucun chagrin !
Certes, les soins sont déjà souvent gratuits
En France et autres pays
Moi avec ma CMU, car je suis un pauvre
Mais c'est dans des centres pour pauvres
Qui sont à peine examinés, souvent mal soignés
La médecine est fasciste libérale
Et la pauvreté se soigne mal
Où alors c'est dans le privé
Et encore, et là, il faut payer
La lutte des classes
Se retrouve en clinique ou à l'hôpital
Au cabinet du médecin ou du spécialiste
Comme le dermatologue le plus fasciste !
Et chaque pays
A ses services spéciaux
Un service action, pour éliminer les petits rigolos
Chaque pays
A ses experts militaires, tueurs assermentés
Pour tuer en toute légalité
Et les services secrets, à côté
Peuvent nous faire rigoler !


Patrice Faubert ( 2014 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


Faubert Patrice

Messages : 863
Date d'inscription : 14/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum