Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 25 le Dim 18 Jan - 6:18
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Poème choisi

Habeas corpus du spectaculaire intégré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Habeas corpus du spectaculaire intégré

Message  Faubert Patrice le Jeu 15 Jan - 1:01

Entre 1945 et 2015
70 ans se sont écoulés
C'est très peu et beaucoup
Car en 1945, la France était un vaste chantier
Quand le nazi était la peur du loup
Il fallut tout reconstruire
Et des règlements de compte en point de mire
Mais toujours les privations
Et des paysages de désolation
Des cris, des plaintes, des lamentations
Il fallait en finir avec la collaboration
Qui se poursuivra d'une autre façon
Et toujours et encore des privations
Des émeutes de la faim
Il en va toujours ainsi, quand la population
A manger, n'a plus rien
C'était la CGT à 5 millions de membres
Et aussi beaucoup de communistes staliniens
Qui tenaient le pays dans leurs mains
Le parti des fusillés avait lui aussi, beaucoup de membres
C'était donc
L'époque des nationalisations
C'était donc
L'époque où il y avait encore des opinions
Mais
C'était 100 grammes de viande
Par personne et pour une semaine, la quémande
Et aussi de l'os
Pour l'estomac, ce fut rosse
La guerre toujours se poursuit
Il y eut 8 millions de membres au parti nazi
Pas étonnant une si tenace pénurie
Puis l'occupant fut à son tour occupé
De l'Histoire, un pied de nez
Et en France, ce fut le militaire américain
Qui à son tour fit le malin
Il voulut remplacer le militaire nazi
La colonisation, jamais cela ne finit
Et il fallut aussi les chasser, c'est dit !
Et la France avait aussi des colonies
Chaque pays est le nazi d'un autre pays
Et donc, une dénazification
Qui ne fut qu'une énième mystification
Et si l'uniforme changea
La mentalité, elle, resta
Et nous en sommes toujours là
Plus ou moins, dans chaque pays, c'est cela !
Sous une forme de spectaculaire concentré
Sous une forme de spectaculaire diffus
Qui surent s'adapter en spectaculaire intégré
L'émotion de la contagion
Est la contagion de l'émotion
Comme dans toutes les grandes manifestations
Les plus répandues des phobies
Rats, rongeurs, serpents
Et non pas, le fasciste ou le nazi
Cela est assez édifiant
La preuve cet ancien nazi français
C'est feu ( 1910-2007 ) Maurice Papon, 1997, pour en payer les frais
Mais il fut acquitté
Forcément, pour des raisons de santé
Préfet de police ( 1958-1967 ) dans la France gaulliste
De la dénazification, il n'était pas sur la liste
Fonctionnaire actif sous l'occupation
Et futur PDG de Sud-Aviation
Avec son laboratoire d'expérimentation
Aliénation, participation, dénonciation
Identification, placardisation, exclusion
Pour être toujours du côté du patron !
Et quand l'on était hors cette motivation
L'on préférait parfois la clochardisation
Comme autrefois
Trimardeurs, chemineaux, vagabonds
Mais cela n'est jamais un choix
C'est le marché et sa loi
Et pour les bourgeoisies et leurs vindictes
Ce sont des paresseux ou des parasites
Mais c'est la misère qui les invite
Ils ont bon dos
Ces pauvres déchets sociaux
Car les parasites véritables
Sont toutes les bourgeoisies, c'est indéniable
Et non pas aujourd'hui le SDF, hier le clochard
Dont le mot remonte à 1895, ma foi
De cloche, clocher, faible, maladroit
Vendre, acheter, louer, échanger, il y en a marre !
C'est dans son propre temps
Qu'il faut être un résistant
Pas ce que l'on aurait pu faire
Et ce dans un autre temps
Mais ce que l'on peut ou ne pas faire
Et cela, c'est maintenant
Comme feu ( 1903-1943 ) Elise Hampel
Comme feu ( 1897-1943 ) Otto Hampel
Sous l'Allemagne nazie, des résistants allemands
Qui firent ce qu'ils purent
Ils ne croyaient pas à la race pure
Et à leur petit niveau
Cependant ce fut beau
Mais finalement identifiés
Ils furent capturés et exécutés !
Il s'agit de faire peur
De faire vivre dans la terreur
Car la peur provoquée
Peut-être totalement déconnectée
D'un évènement et de sa réalité
Et c'est la mise en scène de la peur
Qui fait peur à la peur
C'est le processus
Du spectaculaire intégré, ce consensus
Dont le capital fait tant le déni
Et le moindre fait divers fait son profit
Et grande apothéose avec le massacre Charlie
Artistes, intellectuels, journalistes, financiers, politiciens
Qui ont des intérêts en commun
S'embrassent sur la bouche, la main dans la main
Tout avec tout, rien avec rien
Big data, la Data mining
Le spectaculaire intégré et son machining
Le capital sait s'adapter, se perfectionner
Pour soumettre à l'autorité
Avec ses vedettes spectaculaires de la complicité
En 1984, spectaculaire concentré et spectaculaire diffus
Copulèrent, encore une histoire de cul
Et ils eurent un enfant
Le spectaculaire intégré, encore plus performant !
Que personne n'y comprenne plus rien
Pour forger les plus solides liens
Où l'accord du désaccord
Est le désaccord de l'accord
Comme seul véritable accord
Même le banquier
Peut ainsi s'indigner
Même le policier
Peut ainsi manifester
C'est le spectaculaire intégré
Où toutes les contradictions sont unifiées
C'est la solidité de leur fragilité
A tout moment, elles peuvent permuter
Elles peuvent s'échanger ou se remplacer
Le monde entier en est irradié !
Avec sa représentation politique et donc économique
Tous les jours, un coup de trique
Extrême gauche, gauche, droite, extrême droite, du capital
Des religions, des idéologies, du capital
Guerres et massacres, attentats, horrible carnaval
Tout se vend, tout s'achète
Le capital est un pickpocket
Tous les jours des attentats contre la vie
Contre toi, moi, elles, eux, lui
Ceux et celles dont on ne parle jamais
Pourtant, chaque jour, l'on en voit les méfaits
Capital du terrorisme
Terrorisme du capital
C'est la société du spectaculaire intégré
Cela fait donc une trentaine d'années
Que par feu ( 1931-1994 ) Guy Debord, cela fut prophétisé
Que même vouloir la contester
Et à moins d'une grande habileté
C'est d'une façon l'autre, la renforcer !
C'est la fausse contestation
Dans laquelle baigne chaque nouvelle génération
Avec des Onfray et des Houellebecq
Du spectaculaire intégré des pauvres mecs
La fausse contestation en a toujours besoin
Du spectaculaire intégré ils sont le lien
Voilà pourquoi, la domination
Les invite à la radio, à la télévision
Il s'agit de noyer le poisson
De l'intérieur, entraver la contestation
Il y en a toute une flopée
Chaque époque peut les collectionner
La fausse conscience ne peut s'en passer !


Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "







Faubert Patrice

Messages : 960
Date d'inscription : 14/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum