Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 25 le Dim 18 Jan - 6:18
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Poème choisi

Paraphysique de l'ubérisation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Paraphysique de l'ubérisation

Message  Faubert Patrice le Lun 19 Oct - 23:51

Le capital sait s'adapter à ce qu'il détruit
Comme l'ubérisation de ce qu'il construit
Bientôt, l'on ne sera même plus salarié
Mais simplement un précarisé, un ubérisé
Disparition du concept de retraite
Mais le jobbing toujours en fête
Des petits jobs pour survivre
A défaut de vraiment vivre
L'abolition du salariat
L'abolition du prolétariat
Traduit du capitalisme, cela pourrait être cela
Mais en version falsifiée
Mais en version récupérée !
Comme
Balzac, une barre d'habitation
Née en 1964, détruite en 2011, fausse réhabilitation
Cité des 4000 à La Courneuve, tout y est détruit
Et à la va-vite, au moindre coût, reconstruit
Un jour, près d'une tour, un enfant tué
Une balle perdue, une balle égarée
A La Courneuve, donc, en 1951, ville où je suis né
Et le sarkonazi qui voulait tout karchériser
Partout y mettre des policiers
Tout en comptage de quantité
Aucun comptage d'humanité
Des grands ensembles, militarisation industrielle
Répétition d'un même élément
Pour presque tout le monde, c'est pareil
Mais quand la barre Balzac fut détruite
Il y eut des mines contrites
Tant de souvenirs
Des lieux pour se réunir
La nostalgie n'est pas l'apanage
D'un seul livre, d'une seule page
Des gens se parlaient
Pourtant, souvent, cela déplaisait
Car, il n'y avait rien
Aussi, il fallait créer du lien
Le monde entier devient un musée
Avec des guides pour le visiter
Aucun bavardage critique n'y est toléré
Sauf donc, pour l'accepter, pour le vénérer
Avec des figurants et des figurantes
Comédiens et comédiennes, de la société dominante
Elle tient bien la route, dans l'ineptie, tant d'audace
Bien en place, la sinistre farce
Comme l'agent de Poutine en Europe
Gérard Depardieu, de son art, au top
Un ambassadeur de poids, de charme
Qui pour la Russie, vaut bien des armes
Bref, au système
Tout est le rayon d'une même chaîne
Et à cette nouvelle soumission
Il y a de fortes compensations
La meilleure bouffe, les plus belles putains
La renommée, la célébrité, le système est malin !
Où la paix de la guerre
Est la guerre de la paix
Comme l'ONU qui date de 1945
Pour stabiliser ou canaliser les guerres
Avec des soldats de la paix
Casques bleus, 130.000 faux civils
Qui dans des villes du monde, défilent
Mais ils sont maintenant aussi visés
En 2014, au moins 126 tués
Et pour quelle paix
Celle des pays dominants
Donc, de l'ONU, et des cinq membres permanents
Du droit de veto, du vrai belligérant
Casques bleus issus des pays pauvres, majoritairement !
Les pays riches
Y apportent de l'argent
Les pays pauvres
Y apportent du sang
Pas partout et pas tout le temps
Ne pas se mêler des affaires des grands
Comme la Chine et les Ouïghours
Province chinoise, du tourisme autour
Le Xinjiang, déjà trois fois la France
Une image pour entrer dans la confidence
Et une architecture rasée
De la reconstruction, comme partout, normalisée
Et comme partout aussi, une population assimilée
Tout particularisme régional, éliminé, emprisonné
Et une guerre civile toujours prête à se réactualiser !
Comme l'enseignement public et privé
De la maternelle à l'université
Dans une économie de guerre
Apprendre ainsi aux gens, à se faire la guerre
Avec un tas d'inutiles matières
Compétition, comparaison, sélection
Apprendre la soumission, accepter la sanction
Et des enseignants et enseignantes bouffis de prétention
Pourtant des officiers civils de l'abomination
Du capital, c'est là, la principale formation
L'enseignement de la soumission
Pour que le pauvre soit en constante reptation
Tout enseignant aime paternaliser
Mâle ou femelle
Tout enseignant aime dominer
Mâle ou femelle
Tout enseignant veut être admiré
Mâle ou femelle
Les véritables motivations sont bien cachées
Même pas pour transmettre un savoir, d'ailleurs idiot
Mais surtout pour avoir du pouvoir, c'est ballot
Je me souviens d'un graffiti
Sur un mur, souvenir pas enfoui
" Ne dites pas monsieur le professeur
Mais dites, crève salope, avec ferveur "
En vérité, sur un tableau d'école
J' y étais clandestin, au situationnisme, mon obole
Certes
Un peu d'outrance
Au monde enseignant, puant d'extrême suffisance !
Tout est organisé par l'argent
Et toutes les représentations de l'argent
Chaque bourgeoisie y a sa section
Sa section pour l'art
Sa section pour le sport
Sa section pour l'enseignement
Sa section pour l'armée, la police
Sa section pour la science
Sa section pour la technologie
Sa section pour la fausse contestation
Sa section pour la falsification
Sa section de désinformation
Sa section terrorisme comme contrôle des populations
Sa section de propagande générale
Et enfin la section principale
La section de coordination globale !
Sous le règne du capital
Tout ou presque est de la prostitution
Séparation de la prostitution
Prostitution de la séparation
Comme il y a plusieurs siècles, en France
En réalité comme partout où règne la finance
Cette monarchie absolue toujours en prégnance
Entre 1850 et 1900 en France
120.000 prostituées recensées
Et en plus, des ouvrières occasionnelles, il fallait manger
La femme devait donc se prostituer
A l'appétit de riches mâles, se donner
Même après une dure journée de travail
Là où elle le pouvait, vaille que vaille
Où de misère, il fallait succomber
Et tant de métiers
Proches de la condition de prostituée
Couturières, gantières
Blanchisseuses, serveuses
La femme voulait travailler
Sans pour autant être violée
C'était aussi l'époque des maisons closes
Puis les brasseries vinrent comme leur pause
Et aussi des salles de danse
Jeunes filles pour bourgeois en transe
Dont les mères jouaient les maquerelles
De grande cherté pour les plus belles
Et devenir une cocotte entretenue
Comme une rente, d'avoir un beau cul
Cela était la femme esclave
Pour le riche bourgeois, le pénis plein de bave
C'était la femme qui tapine
C'était la femme reproductrice, la femme d'usine
Bourgeoise entretenue, ouvrière, putain
La femme moins que rien
A cette époque, c'est certain
Comme un tableau de feu ( 1834 - 1917 ) Edgar Degas
Où tout est dit, où tout est là !
Le monde entier est comme une maison close
Chaque classe sociale y a sa chose
Tout s'y loue, tout s'y achète, tout s'y échange, tout s'y vend
Et plus des corps seulement
Le pouvoir de l'argent
L'argent du pouvoir
Qui fait tout admettre, tout croire
Qui fait tout accepter, tout voir
Cela ne devait pas être bien pire
L'on ne savait pourtant ni lire ni écrire
Et l'ambiance beaucoup plus saine
Quand aucune journée n'était vaine
A l'époque de l'homme de Néandertal
Hormis le froid, l'on ne vivait pas si mal
En 1856, il fut mis au jour
Maintenant, après la calomnie, on lui fait la cour
Et déjà, il y a 50.000 ans
Des arcs, des flèches en pierre, c'est édifiant
Des flûtes en os de l'oiseau
Il y a de cela 35000 ans, bravo
En quatre heures, une flûte était fabriquée
L'homme d'aujourd'hui n'a rien inventé
Il a su simplement tout améliorer
Il a su simplement tout perfectionner !
La médecine, il y a des milliers d'années
Forcément naturelle, c'est obligé
Pas comme la médecine naturelle d'aujourd'hui
Le plus souvent, de la fumisterie
Qui se vante de naturopathie
La force de l'autosuggestion
L'autosuggestion de la force
En déception de la médecine conventionnelle
Et du charlatanisme, bien des séquelles
Sans compter des thérapeutes charlatans
Formateurs de thérapeutes charlatans
Cela est aussi vrai pour le monde de l'enseignement
Comme la galvanothérapie et autres conneries
La peur, l'ignorance, des sources de profit
Et même l'érudition accroît l'ignorance, c'est ainsi
Le marché du cancer
Le cancer du marché
Le capitalisme
Est le cancer des cancers
Plus pernicieux qu'en sénologie
Plus odieux encore qu'une guerre d'Algérie
Pourtant, en 8 ans, ( 1954 - 1962 ) 500.000 victimes aussi
Et l'extrême droite française
Pour une solution militaire
Et la droite française
Pour une solution politique ou diplomatique
Droite ou extrême droite du capital
Gauche ou extrême gauche du capital
Et entre un et deux millions de jeunes appelés
Qui durent apprendre à tuer
Mais sans savoir réellement pourquoi
Dans un autre pays que le leur, ma foi
Et beaucoup moins de gens tués, sur un côté
France, des milliers, ( 30.000 ) des dizaines de milliers, ( 500.000 ) Algérie
Quelques chiffres et tout est dit
Et c'est la guerre, seulement quand on est concerné
Sinon, c'est lointain comme un film de télé
Pourtant, le monde entier est en guerre
En tout et pour tout, c'est la guerre !


Patrice Faubert ( 2015 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "





Faubert Patrice

Messages : 924
Date d'inscription : 14/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum