Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 25 le Dim 18 Jan - 6:18
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Poème choisi

Paraphysique de proxémie guerrière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Paraphysique de proxémie guerrière

Message  Faubert Patrice le Lun 8 Fév - 22:55

Images de guerre
La guerre des images
21 avril 1944
Un exercice militaire de répétition
Un exercice militaire d'expérimentation
Les alliés en train de s'entraîner
Pour se préparer de débarquer
Des très jeunes recrues, parfois de 15 ans
La plupart à peine plus de vingt ans
Lors du 6 juin 1944, le débarquement
Un moment qui fut incertain, en raison du mauvais temps
Donc, cette répétition
Fut un fiasco d'erreurs et d'incompréhensions
749 morts, cela commençait bien
2 navires américains, coulés, pour rien
Tant et si bien
Que cette opération Tigre ou Tiger
Pour la stratégie militaire
Une bien mauvaise affaire
Fut au secret Défense
Pendant 40 ans, pour l'armée, une offense
Et à propos de l'armée
C'est un secret mal gardé
Comme partout, c'est la lutte des classes
Des simples soldats, des officiers
Et à propos des officiers
Feu Rommel, jamais, ne les fit torturer !
Il y avait le soldat blanc
Déjà une autre classe
Que le soldat noir
Il y avait l'officier blanc
Déjà une autre classe
Que le simple soldat blanc
Il y a l'officier noir
Déjà autre chose
Que le simple soldat noir
Comme une sorte de racisme
L'armée et sa hiérarchie, son fascisme
De la supériorité et de l'infériorité
Les grades sont le racisme de toute armée
Pourtant
Les peines, joies, peurs
Sont réglées sur la même heure
Les mêmes désespoirs, les mêmes frayeurs
Surtout en pleine bataille
Qui ouvre béante toutes les failles
Et toutes les populations civiles
Sacrifiées par des armées imbéciles
200.000 personnes en France, le débarquement allié
Les forces expéditionnaires alliées
Plus de civils français tués que de soldats allemands tués
Il y eut 7000 décès de soldats allemands recensés !
Donc, ce 6 juin 1944
156.000 hommes très jeunes
12000 fauchés, par la mitraille, 15 ans, 20 ans, si jeunes
20.000 véhicules, tout cela en 24 heures
Le nazisme savait arriver sa fausse dernière heure !
Pour cela, il fallut la nuit du 5 au 6 juin 1944
En Normandie, Merville, où fut pris d'assaut, la batterie
Encore une jeunesse qui se sacrifie
Un commando de 750 parachutistes
Pour détruire des canons nazis
Et donc 50 tués, 190 disparus, sur la liste
Puis aussi, les services du renseignement
Pour le pays, qui le mieux, ment
Comme le mystérieux agent double
Né à Barcelone, du MI5, agent trouble
Feu ( 1912 - 1988 ) Joan Pujol Garcia, service britannique
Qui des bobards militaires, maîtrisait la logique
Du faux renseignement
Du faux caviar pour les allemands
Comme le pseudo vrai débarquement du Pas-de-Calais
Car égarer, l'espionnage nazi, il le fallait
Mensonge stratégique qui fut admis
Par le renseignement allemand, jusqu'en septembre 1944
Cependant
Tant de feu et tant de sang
Pour de la guerre, des guerres, l'éternel recommencement !
Du racisme des classes
Des classes et du racisme
Dans l'armée, dans l'entreprise
C'est partout la même emprise
Le capitalisme pour se perpétuer
Deviendra vert, humaniste, saura se déguiser
Et nous programmons toutes nos machines
En rapport à nos images, l'imagination pas fine
Et comme nous sommes, nous propageons nos blagues
La vie est un funeste tag
Dans toutes nos relations
La hiérarchie et la compétition
De la rivalité de la compétition
De la compétition de la rivalité
Et quand nous disons
Bonjour, c'est un automatisme
Et quand nous disons
Au revoir, c'est un automatisme
Et un automatisme
Est un automatisme et pas de l'humanisme
C'est toujours de la guerre
C'est l'inhumanité qui se laisse faire
Tant
Que nous n'apprendrons pas autre chose
Qu'à nous faire la guerre, jamais une pause
La hiérarchie subtile et manifeste, notre seule cause
La guerre pas seulement avec des armes
Mais avec des paroles pleines de charme
Guerre biologique, guerre chimique
Guerre économique, guerre psychologique
Chaque guerre peut remplacer une autre guerre
Mais personne n'en a rien à faire
Et forcément, d'un moment l'autre, c'est encore la guerre !
Le langage de la guerre
La guerre du langage
Non pas
Peux-tu faire cela ?
Veux-tu faire cela ?
Mais fais ceci ou cela !
Tout métier
Finit par posséder
Toute profession
Devient comme une religion
Les petites ou grandes propriétés
Comme la plupart de nos possessions
Sont le reflet exact de ce que nous acceptons
Sont le reflet exact de ce que nous refusons
Face au capital, nous faisons ce que nous pouvons
Comme les fossiles qui sont constitués
Pour 80 à 90 pour cent, de dents ou débris de dents isolés
Toute l'organisation du capital
Est à l'harmonie humaine, fatale
Il n'en faudrait plus aucune rente
Tout devrait être mis en vente
L'évolution est buissonnante
Tout y est d'une lenteur étonnante
Et tant de formes surprenantes
Tout y a été tenté
Tout y est tenté
Tout y sera tenté
Et tout y est en fait, échoué
Et tout y est de stricte amoralité !
Les choses ne sont ni belles, ni laides
Mais toujours de la subjectivité humaine, qui plaide
Les choses ne sont ni gentilles, ni méchantes
Et toujours la subjectivité humaine, y a sa patente
C'est ainsi
Que le racisme scientifique
De nos jours, plus éthique
Voulut les vrais ancêtres humains
D'Asie ou d'Europe, mais pas plus loin
Il fallut du temps
Pour admettre l'origine d'Afrique, c'est certain
Il fallut du temps
Pour admettre que rien n'est plus, rien n'est moins
Un brassage des gènes, non linéaire
Ce qui peut fortement déplaire
Comme un cours d'eau
Aux multiples bras, c'est rigolo
Mais il n'y a pas de lutte finale
Pour arriver à une population finale
C'est encore la loi, la loi des probabilités
Et de l'effet papillon qui peut tout faire changer
Mais nous ne savons rien ou si peu
Et c'est peut-être tant mieux
Parfois, pourtant, il vaudrait mieux
Pour mettre à terre tous les dieux
Comme les archives du Vatican
Qui sont consultables de 1922 à 1958, seulement
La figure du pape pour tout occulter
C'est bien là encore, le spectaculaire concentré !
En 1919, en Italie, les catholiques
S'implantent dans la vie politique
Et voici le parti populaire
Un grand parti réactionnaire
Pour mettre hors-la-loi, l'idée révolutionnaire
Et puis logiquement
Avec le fascisme plus que jamais présent
1929, voilà l'Etat cité du Vatican
Tout étant financé par le gouvernement
Et puis parmi les premiers actionnaires
Fiat, du côté des réactionnaires
1922, la marche sur Rome
Fascistes et catholiques, c'est tout comme
Les trois piliers du fascisme
La banque, l'église, l'armée
Les trois piliers du capitalisme
La banque, l'église, l'armée
Comme sous le répugnant Franco
Un déchet de l'humanité inhumanité, un idiot
Mais qui fut soutenu par le monde entier
Personne d'un peu informé ne peut s'en étonner
Et entre 1940 et 1944
90.000 fusillés, voilà l'Espagne franquiste
La mort, la torture, pour les antifascistes
Le capital sait bien museler les masses
Les multinationales font semblant d'abolir les classes
Du poison pour tout le monde
Des mains et des mains dans sa ronde !
Mais nous avons des discours logiques
Pour justifier toutes nos actions
Mais nous avons des discours logiques
Pour conforter toutes nos opinions
Ainsi, tout le monde pense avoir raison
La raison profonde de nos inconscientes motivations !
Et toutes les icônes spectaculaires
Sont forcément des icônes réactionnaires
Comme le nouveau capitalisme dit humaniste
Un capitalisme subtilement fasciste
De l'entreprise humaniste
Bientôt une police humaniste
De la torture humaniste
De la fumisterie, de l'hypocrisie
De la trouvaille des bourgeoisies
Le capitalisme n'est pas de visage humain
Le capitalisme est pleinement inhumain
Et sous son masque humaniste
Très vite transpire la mentalité fasciste
Capitalisme vert, humaniste, qui se veut dans la durée
Le plus pervers, le plus dangereux, pour mieux tromper
Le capitalisme sait tout récupérer pour l'adapter
Toute proxémie lui est proche
Aucune proxémie ne lui est moche
Tout, pour lui, fait lien, le rapproche
Le capital, déjà, sut manger du boche
Capital de l'inhumanisme
Inhumanisme du capital
Avec ou sans la pointeuse
Pour une exploitation à prétention heureuse
Stratégie de rendre supportable l'insupportable
Sa propre auto-exploitation à sa propre table
Donc, un humanisme de la performance
Coopération, confiance, participation, une vraie indécence
Déjà, le capital se conjugue au futur
Exploitation sous anesthésie, du capital mature
Mais, forcément, mais bien sûr
Toujours et encore la compétitivité
Mais, forcément, mais bien sûr
Toujours et encore la rentabilité !



Patrice Faubert ( 2016 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "




Faubert Patrice

Messages : 928
Date d'inscription : 14/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum