Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 25 le Dim 18 Jan - 6:18
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Poème choisi

Parallaxe, systémie, téléonomie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Parallaxe, systémie, téléonomie

Message  Faubert Patrice le Dim 12 Juin - 1:20

Tous les animaux ont un langage
Pas les mêmes mots, pas le même bagage
Nécessaires, ne sont pas les mots
Pour communiquer, la preuve, avec le Silbo
Le langage sifflé, et pas besoin de parler
Du peuple des Gomeros
Sur l'île de la Gomera, aux îles Canaries
La tyrannie
Aime la démocratie
Du mariage pour tous
Qui dans la rue, fait sortir l'ours
La tyrannie
Aime ce qui l'alimente
Les droites, les gauches
Et même leurs ébauches
Un mariage est un mariage
C'est toujours une cage
Mais les catholiques
Qui à la vie, sont des matraques
Qui au plaisir, sont des flics
Aux différences, toujours, donnent des claques
Ce sont des réactionnaires
Qui veulent le grand soir, à l'envers
Ce sont des conservateurs
De la réaction des admirateurs
Contre la révolution globale
Ce sont des imposteurs, pour la conservation finale
Les fascistes et droitistes
Sont leurs amis
De la fausse conscience, aussi
Ce sont des champions
De la démagogie
La haine fait leur lit
Reprenant des slogans de contestation
Ils les détournent, en cynique usurpation
La réaction en honte de la réaction
Même plus le courage de leurs opinions
Aussi, tout est en déformation !
De l'histoire, ils ne connaissent rien
Surtout les jeunes, manipulés, formatés, engrammés
Des inepties de leurs aînés
Ils et elles, ne font que répéter !
Dans les manifestations de la tradition
Où la police, avec ces gens, est en sympathie
Les uns et les autres, ne veulent aucune révolution
De la contestation, ce sont des travestis
Sans la dignité de son avis !
Les militaires et les policiers
Sont toujours de leur côté
Et même parfois aussi
Dans le jeu, du chat et de la souris
Tout est accéléré
Dans le temps de la surmodernité
Comme l'écrit (né en 1965) Hartmut Rosa, ce philosophe
De la lenteur, au coin, en apostrophe
Nous faisons tout très vite
Tout mal fait, à la limite
Manger, parler, écouter, copuler
Réfléchir, écrire, rire, pleurer
Chaque mouvement du temps, se meurt
Il passe, il passe, à chaque heure
Jamais, nous ne lui rendons son honneur !
D'après une étude chouette
Des états-uniennes Maria Stephen et Erica Chenoweth
Au siècle dernier, sur 323 mouvements
De violence et de non-violence
Les campagnes violentes durent en moyenne 23 ans
Les résistances civiles durent 12 ans
Deux fois moins longues, mais tenaces
Et surtout, deux fois plus efficaces
La violence est une sinistre farce !
La matière fissile
C'est le funambule sur un fil
5 kilos de plutonium 239
Ou 11 kilos d'uranium 235
Et voici une bombe
Pour nous, une horrible tombe !
La propagande de guerre
C'est comme du marketing publicitaire
Ce sont des évènements sans fin
Que l'on tente de faire passer pour anodins !
Comme Tchernobyl et Fukushima
L'Ukraine et le Japon sont contaminés
Et en réalité, le monde dans son entier !
C'est la soumission à l'autorité
Qui enfante les chefs, les gourous, les leaders
Toutes les guerres, les compétitions, les traders
L'inhibition de l'action
L'angoisse, complice de l'immobilisation
Cela n'est que le début des catastrophes
En tous genres, en tous lieux, nous en voyons l'étoffe
Les êtres humains sont unis
Dans une même désolation, dont nous entendons le cri
Sept pour cent, du prix d'un yaourt
Les supermarchés, sont des voleurs
Revient en fait, au producteur
C'est truqué, comme certains matchs de foot !
Et tout, absolument tout, procède comme cela
Les lois du marché, à la vie, sont une tombola
N'importe quel mot, sans sa compréhension
Peut finir dans une prison
Faire la joie de la réaction
De l'extrême gauche à l'extrême droite, de son oppression
Ce qui est récupérable, est récupéré
Cela se vend, cela peut s'acheter
Cela fait les célébrités !
Tout ce qui peut se vendre
Tout ce qui peut s'acheter
Fait partie intégrante de la société
Du systémique à l'individualité
Tous et toutes, nous sommes la société !
Dans nos prétentions, nous sommes ridicules
Et surtout, toutes les vedettes, en majuscules !
Vedettes en tous genres, même hors
Vedettes de tous bords
Elles sont nos sublimations
Elles sont nos identifications
Cinéma, politique, science, littérature, révolution
Les masques de l'autorité
Ont des dessous affriolants, pour nous piéger !
Bien plus qu'une idéologie de la croissance
Il est, une croissance de l'idéologie
Surtout en France, pays de fascisme
De catholicisme et de racisme
Et contre la différence, l'ostracisme !
Et les riches qui vivent plus longtemps
Que les pauvres, il en va ainsi, en tous temps
Comme feu (742 ou 747 ou 748 - 814) Carolus Magnus dit Charlemagne
Qui mesurait 1m84, il était grand
Surtout pour son temps
Et il mourut à 66 ans
La moyenne de vie, était de 29 ans, pour les autres gens !
Dromologie, qui jamais ne finit
D'une seule et même alchimie
La vitesse et la conquête
Les mêmes amis, les mêmes quêtes
Toutes les souffrances, toutes les larmes
Des animaux non humains et des gens
Ont fait les mers et les océans
Il faut détruire toutes les armes !
Chacun et chacune, ne fait que ce qu'il sait faire
Comme (né en 1945) Lemmy Kilmister, le fameux rocker
L'homme aux mille femmes, c'est pas mal
Chantre de Motörhead et du Heavy Métal
Que je vis à Paris, un jour, en concert
Qui fut organisé par mon ex-beau frère
Lemmy, le ( 1770-1827) Ludwig van Beethoven du Heavy Métal
Et qui de lui, expulse son mal !
Et le folklore de la croix gammée
C'est juste de l'ironie, pour provoquer !
Les vrais nazis, justement
Et qui sont, sur la planète, dans tous les gouvernements
Homophobes, nationalistes, islamistes, intégristes
Ni de gauche, ni de droite, une façon adroite
Pour être de droite, et d'extrême droite du capital
Ce sont des hypocrites
D'un cerveau bouffé aux mites !
La bêtise est leur ami
L'intelligence est leur ennemi
L'argent les finance
L'injustice est leur balance
De génération en génération
Des parents aux enfants, tout est reproduit
Les mêmes erreurs, les mêmes idioties
Par mimétisme, par apprentissage, à la soumission
Et le renouvellement des mêmes opinions !
Et la nature est maintenant en ville
Et la ville est dans la nature
Du béton, elles sont les filles
Sur d'autres planètes
Dans d'autres galaxies
Ce sont des joies et des fêtes
Et depuis longtemps, c'est l'anarchie !
Principe d'incertitude, principe d'indécidabilité
C'est donc une possible probabilité
De l'improbabilité des probabilités, du multivers
Pour s'échapper de ce monde, il faut bien rêver !
Dans l'imaginaire, aucun passeport, aucun papier
Là, où personne, ne peut vous tuer
Des politiques, des religions, des idéologies, des croyances
Et toutes sortes de mouvance
Pour nous évader
D'un monde sans joie et sans passion
D'un monde brutal, uniquement régit par la possession
L'administration du mépris
Se fiche de la tête des gens
Les transports, les mairies, les services d'énergie
Le mépris de l'administration, un puzzle géant
Fichons la dehors
Prenons tout, à bras-le corps !

Patrice Faubert ( 2013 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

Faubert Patrice

Messages : 960
Date d'inscription : 14/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum