Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 25 le Dim 18 Jan - 6:18
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Poème choisi

Le culte de la charogne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le culte de la charogne

Message  Faubert Patrice le Lun 10 Avr - 2:57

" Dans les organisations en état d'urgence, l'unité de temps est optimisé et le temps entièrement absorbé au service de la performance. Tout aléa induit donc systématiquement un syndrome de manque de temps. "

Nicole Aubert " Le culte de l'urgence. La société malade du temps. " Ed: Flammarion

Le couple
Une entité qui passe à côté
De la masturbation pas si souple
Puisque 20 pour cent, seulement, osent le raconter
L'on ne connaît rien
A son conjoint
La guerre de ceci
La guerre fait des petits
La guerre de cela
Des guerres pleins les bras
La fameuse de 14/18
Avec ses 30 pour cent de bombes non explosées
Attention, c'est sous nos pieds
La suiveuse de 39/45
Aux armes plus perfectionnées
Et ses fous pour nous gazer
La culture de masse
Nous fait boire la tasse
La pensée du conditionnement
Apathique, léthargique, nous rend
Et notre intelligence nous prend
Kitsch, la culture de la charogne
Big data, l'humanité devenue borgne
L'éthique n'est plus qu'informatique
Et déjà l'ordinateur quantique
Qui rendra tout esprit cynique
Et l'humain toujours plus éloigné
D'un autre être humain, cet étranger
Dans un temps toujours pressé
Il faut faire vite, cibler
Et même pour pisser
55 secondes en moyenne, pour les hommes
A Paris, Pékin, Alger ou Rome
Nous ne prenons plus le temps
D'avoir un peu de temps
De temps pour ne rien faire
Du temps pour prendre l'air
Mais il faut de la performance
Mais il faut de l'excellence
Comme les écoles de commerce
De l'argent on célèbre la kermesse
Lycées, écoles, universités
Pour surtout ne rien changer
Et des traditions aliénées, pour perpétuer
Et chaque être humain
Est ainsi fragmenté, dissocié, exproprié
Et chaque être humain
N'a plus accès à son humanité
Il n'est que la société
Il est ainsi, homme et femme
Jeune ou vieux, avec ou sans
Car il faut tenir son rang
Chacun et chacune avec sa canne
De gauche ou de droite
D'extrême gauche, d'extrême droite
Du centre ou du parti des bêtes
Chaque être humain
Est un peu tout cela
Quel mélange,oh là là !
Ce qui explique
Que tout se complique
Quand il s'agit d'interpréter
Telle ou telle grande pensée
D'une de nos idoles recensées
Et de tous leurs disciples opposés
Prêts à huer, prêts à tuer
Les uns, les unes
Ne retenant que la gauche de sa pensée
Les uns, les unes
Ne retenant que la droite de sa pensée
Les uns, les unes
Ne retenant que l'extrême gauche de sa pensée
Les uns, les unes
Ne retenant que l'extrême droite de sa pensée
Nous ne mémorisons
Que ce qui nous arrange
Nous ne mémorisons pas
Ce qui nous dérange
Ainsi tous les courants trotskistes
Ainsi tous les courants staliniens
Ainsi tous les courants anarchistes
Ainsi tous les courants capitalistes
Ainsi tous les courants religieux
Ainsi tous les courants spiritualistes
Ainsi tous les courants nationalistes
Ainsi tous les courants fascistes
Ainsi tous les courants nazis
Il faudrait refuser tous les courants
Mais du matin au soir
Consciemment ou inconsciemment
Nous nageons en plein dedans
Et si nous le voulions vraiment
Cela serait l'anarchie depuis longtemps
L'égalité, la fraternité, la liberté
Et partout une ludique simplicité !
Ce moi divisé
Par la pensée conditionnée
Comme feu ( 1893- 1944 ) Violette Morris
Championne de sport, pas vraiment une miss
Une des premières femmes féministes
Qui devint une ardente fasciste
Adepte de la Gestapo, sadique
Elle torturait, humiliait, sardonique
La résistance la fit abattre
A la liberté, elle était marâtre !
C'est l'extrême droite de sa personnalité
Qui finit par l'emporter
Qui finit par s'imposer
La vérité est rude
Et nous paraît absurde
Tout est ainsi à repenser
Tout est ainsi à revoir
L'anarchie ne doit pas être organisée
Elle n'a pas besoin d'être étiquetée
Car la révolte qui se groupe
Devient très vite une troupe
Et tout est à recommencer !
Sur tous les murs du capitalisme
Une inscription subliminale
" Vive la mort, mort aux gens "
C'est cela sa morale !
Comme la déforestation
Qui est un véritable génocide
Tout est en disparition
Et même la Papouasie-Nouvelle-Guinée, prend des rides !
Ah ! vivre sur une île déserte
Avec des femmes aux vulves ouvertes
Et le corps toujours en fête !
Mais je suis misanthrope
De cette fausse humanité, au rabais, polope
Le temps de vivre
Est colonisé par le temps du travail
Est colonisé par le temps du sport
Est colonisé par le temps des loisirs
Est colonisé par le temps des arts
Est colonisé par le temps des études
Est colonisé par le temps de la culture
Est colonisé par le temps de la science
Est colonisé par la technologie
Est colonisé par le commerce, par l'industrie
Comme les mots
Colonisent nos comportements
Comme les mots
Nous font irrespectueux ou déférents
Tout mot dans sa hiérarchie
Le mot autorité
Fait le soumis
Le mot génie
Fait le respect, fait l'autre petit
Chaque mot a son codage
Qui fait ou défait notre plumage
La plupart des mots
Sont les mots de la domination
Pour ou contre, nous les employons
Tous les mots pressés
Tous les mots stressés
Tous les mots qui servent à dominer
Il faut s'en débarrasser
En inventer d'autres, beaucoup en laisser
Si nous voulons vraiment révolutionner !

Patrice Faubert (2013) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

Faubert Patrice

Messages : 926
Date d'inscription : 14/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum