Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 25 le Dim 18 Jan - 6:18
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Poème choisi

Le syndicalisme du capital

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le syndicalisme du capital

Message  Faubert Patrice le Jeu 10 Aoû - 23:26

  • " Ils nous condamnent, ces crapules, alors que la seule différence entre nous, c'est qu'ils volent les pauvres sous couvert de la loi, alors que nous pillons les riches armés de notre seul courage "

    Charles Bellamy, 1720, ( pirate )

    Le capital
    Peut paraître inoffensif
    Pourtant, il est toujours offensif
    Un peu comme les escargots petits-gris
    Avec 14000 dents comme un défi
    L'escargot Bourgogne a 25000 dents, lui
    Et au niveau symbolique, pas si loin
    Les escargots, du blanc grand requin
    18000 dents environ, au cours de sa vie
    Dents usées mais dents remplacées
    Pour les escargots, par centaines alignées
    Dans des rangées
    Le capital
    Lui aussi a des dents, mais contre les pauvres
    L'appétit infini du capital
    Un appétit féroce d'oiseau, c'est fatal
    Car un homme de 70 kilos
    Pour manger comme un oiseau
    Devrait ingurgiter 14 à 87 kilos
    De nourriture chaque jour
    L'apparence nous joue des tours !
    Ainsi
    Le rat, si discret, finalement, aucunement ne détonne
    Et dans chaque capitale, il y a un rat par personne
    Le rat, le meilleur des éboueurs
    Et cela à toute heure
    Qui élimine des millions de tonnes d'ordures
    Et ce dans le monde, le rat a la vie dure
    Comme nous, les rats savent rire
    Bien plus solidaires que nous, il faut le redire
    Le capital est une chienlit
    Qui rime aussi avec les nouveaux animaux de compagnie
    Banalisation de la faune mondiale
    La gestion du désastre jamais bancale
    Et ainsi, l'on peut apercevoir
    Jadis, personne n'aurait voulu le croire
    Des perruches à collier
    10.000 à Bruxelles, 50.000 à Londres
    La diversité devient cinglée
    Donc, même au bois de Vincennes
    Pas loin de Paris, l'on voit cette scène
    Perruches à collier, originaires d'Afrique ou d'Asie
    Partout, c'est un peu cela, tout est dit !
    Et c'est ainsi
    Non, cela n'est pas cela, l'anarchie
    Certaines espèces allochtones envahissent tout
    Et donc des espèces autochtones disparaissent partout
    Sous le capital, tout est désespéré
    Sous le capital, tout est paniqué
    Comme ce fameux air chanté
    " Juke box baby " 1981, de la révolte avortée
    Toute une espérance suicidée
    De l'excellent Alan Vega
    Quand la vie n'était déjà plus là
    Et c'est maintenant, hier, toujours encore
    Le syndicalisme qui forcément collabore
    Ainsi, " Force Ouvrière "
    Pour feu les situationnistes " Force Ordurière "
    Syndicat patronal qui fut fondé
    Par la mafia et les services américains de sécurité
    Pour contre le communisme stalinien, lutter
    Et contre toutes les mafias
    Contre le syndicalisme capitaliste
    Le capitalisme syndicaliste
    Vive les conseils ouvriers
    Vive l'assembléisme non récupéré ou non étatisé
    Dans un monde où tout est massacré
    Comme en Inde, et ce, chaque année
    Deux millions de femmes assassinées !
    Le capital
    Est un film d'épouvante et d'horreur, du gore
    Horreur, sexe, sang, terreur, comme des films de la Hammer
    Tout y faisant écho, et c'est les faits divers
    Avec aussi des records de grande débilité
    Mais il faut bien compétitionner
    Joey Chestnut , 104 kg, 33 ans
    Roi du hot-dog, 72 en dix minutes, c'est attristant
    Ou des records de dopage
    Qui commencent à prendre de l'âge
    Comme au lancer du poids
    7,260 kilos, ma foi
    Le dopage des records, il était une fois
    Randy Barnes, USA, 23,12 mètres, en 1990
    Sous le capital
    Tout semble forcément paradoxal
    26/31 août 1970, île de Wight
    Festival musical, entrée payante, 600.000 personnes
    Peu de gratuité, ambiance pas bonne
    Prix du billet, trois livres sterling
    Du capital, les hippies sur le ring
    Et la bourse des artistes, déjà bling-bling
    Et partout des chiens policiers
    La fin d'une époque à peine commencée
    Donnant le tempo des autres années
    Par le capital, ce vampire, tout sang est sucé !

    Patrice Faubert ( 2017 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


Faubert Patrice

Messages : 911
Date d'inscription : 14/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum