Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 0 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 0 Invité :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 25 le Dim 18 Jan - 6:18
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Poème choisi

Nolens volens, volens nolens, inertie d'impéritie

Aller en bas

Nolens volens, volens nolens, inertie d'impéritie

Message  Faubert Patrice le Mar 23 Jan - 19:39

L'attelle de Zimmer
C'est plus sexy la jarretelle de grand-mère !
Et oui, encore avec mon genou fracassé
Qu'un cinglé de la route, je dus éviter
C'est à vous décourager de la marche à pied
Fracture complexe en cinq fragments pétés
Et me voilà, pour un certain temps, comme un livre, tout broché
Des semaines, il me faudra patienter
Dans ma sidérante textualité
Rien n'est jamais séparé,
Et dans tous mes déboires
Je dis finalement peu, tellement il y aurait à boire
D'un endroit l'autre
D'une ambiance l'autre
Et d'ailleurs, personne ne pourrait y croire
Puis
Il est inélégant
De reprocher aux autres ses propres erreurs
Car c'est cela surtout qui fait nos terreurs
Ainsi
Tout notre environnement est nociceptif
Pire chez soi, l'extérieur est contraceptif
Comme pour la myopie
Trois pour cent génétique
97 pour cent de facteurs environnementaux
Ce que l'on nomme maintenant, épigénétique
Surtout les gens qui lisent
Distance de travail, principale mise
20 cm au moins, sinon, l'oeil s'allonge
Et la lumière naturelle, remède qui éponge !
Tous les jours
Des futures personnes naissent
Tous les jours
D'anciennes personnes meurent
Qui le sait ?
Et à propos de décès
En France, en 2012, voici des faits
Décès à l'hôpital
Ou en clinique privée
57 pour cent
Décès dans des maisons de retraite
12,3 pour cent
Décès à domicile
25 pour cent
32 pour cent sont crématisés
53 pour cent exprimant le souhait de se faire crématiser
D'autres mammifères marins
Sont eux, empoisonnés par les humains
Par toute une contamination chimique
Pollution sonore, aussi, si tragique
Mais quand le béluga disparaîtra
Tout un pan s'ensuivra
Et avec un clic
De retard, c'est trop tard pour le déclic
Du bruit, de la pollution
Recherche de la nourriture en perturbation
Si tout cela continue, bientôt la fin
De tous les mammifères marins
Volens nolens
Car à force de trop d'indolence
Volens nolens
Même à rectifier le tir, en urgence !
De la société grégaire
Pour respirer sainement, raréfaction de l'air
Topophobie et topophilie comme se mélangeant
Du paradoxal chez de plus en plus de gens
Mais en toutes choses
Le parfum n'est pas de la même rose
Toujours une question d'interprétation
Géochimie
Température, pression, datation
Microfossiles
Poches d'Australie à la file
3,5 milliards d'années
Comme d'habitude, c'est à discuter
Malgré la signature typique du vivant
Avec certitude, l'on ne sait jamais vraiment
Peaky Blinders, qui est mort ? Qui est vivant ?
Comme la fin de l'espèce humaine
La prédiction formelle étant forcément vaine
Cependant
Rien qu'avec les métaux rares
Une trentaine de petits métaux
Les terres rares, sous-famille, 17 métaux
Du sale pour faire du propre
Ou du propre pour faire du sale
Du rare et du pas rare, mais extraction difficile
Roche infime, aussi en France, et après ?
L'après de l'après ?
Toute la technologie verte en dépend
Une fin programmée, donc, nous attend
Le pétrole de ce siècle dont tout dépend !
Et pour les métaux rares
La Chine, elle aussi, pas avare
De l'extraction, du raffinage, du rejet
Et partout, de l'horrible déchet
Le numérique, le TOUT énergétique
Tout le technologique qui dépend
Faisant appel à une pollution sans réplique
Le métal rare se nourrit de produits toxiques
Une fin programmée nous attend
Nous vivons notre disparition
Et ce presque en direct, ô consternation
Tant du leurre
Et c'est tant d'euros de l'heure
Comme la voiture électrique
Ce cul-de-sac écologique
Par l'effet rebond
D'une toute nouvelle réaction
Avec la donne de la grande confusion
Tout se perpétuant dans l'infect
Tout se nourrissant dans l'abject
Quand même faire le bien
Se soude au mal, comme un véritable lien
Comme après un compte rendu opératoire
Toutes les bouteilles, s'oublier, envie de boire
Mais dans l'imaginaire, l'on peut faire la foire
Le seul monde auquel l'on peut croire !

Patrice Faubert ( 2018 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "







Faubert Patrice

Messages : 1003
Date d'inscription : 14/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum