Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 25 le Dim 18 Jan - 6:18
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Poème choisi

Paraphysique de la tautologie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Paraphysique de la tautologie

Message  Faubert Patrice le Sam 9 Sep - 4:49

" Dans les conneries, les poids et mesures ne sont pas les mêmes "

Gérard Despeghel ( homme du peuple, né en 1952 )

Et si on tuait
Tous les affreux ?
Et si on tuait
Tous les fascistes ?
Et si on tuait
Tous les staliniens, tous les nazis ?
Tout le fascisme libéral, le capitalisme
Et son lumpenprolétariat, des bourgeoisies, les gros bras
Pour qui l'anarchie, c'est s'escroquer, se faire des coups bas !
Les vrais sont une minorité
Certes avec beaucoup de complicité
Mais hélas qui suivent une majorité
Pour les éliminer, il faudrait leur ressembler
Trop fatigant, de quoi vraiment être déprimé
Par sécurité, il faudrait y mettre les gauchistes dans la fournée
Tous les religieux de l'idéologie
Tous les idéologues de la religion
Faut bien rigoler un peu
Ne vous fâchez pas pour si peu
Je fais le mariole, j'aime bien vous taquiner
Sur moi, vous allez faire feu !
L'univers à 13,7 milliards d'années
Notre Terre à 4,657 milliards d'années
Et pourtant feu ( 1776-1831 ) l'autodidacte Sophie Germain
Qui damait le pion à bien des mathématiciens
Dut prendre d'un homme l'identité
Et ce pendant 35 longues années
Pour les mathématiques, en secret, exercer
Sous le nom d'Antoine Auguste Leblanc
En ce temps, la femme était comme un enfant
Et au même moment
En 1821, à Chamonix, c'est extrapolant
La première école de guide de montagne
Avec moi, tout se lie, tout se magne
Et puis comme à peine personne ne me lit
J'en profite, je me défais de ma lie
Que sur tous les nazis tueurs, je dévie
En 1915, le génocide arménien
L'un des plus vilains
Au moins un million de décès
Les turcs veulent que cela ne soit pas vrai
C'est pourtant de cela qu'est né
La notion de crimes contre l'humanité
Et le génocide des amérindiens
Des millions de forfaits
Tueries, viols, famines, l'inhumanité et ses méfaits
Génocide des juifs, génocide des gitans
Les mêmes histoires, d'humains déments
Espagnols, portugais, belges, français, allemands
De tous les pays, c'est affolant
Plus encore que ceux qui commandent
Ceux qui obéissent
Qui sont les bras armés de tous les supplices
Et ce sont des mondes issus des collisions
Comme la Terre et Théia, anéantie, et voici la lune
C'est l'impact qui provoque l'apparition de la vie
Et des astéroïdes et météorites, les pipis
La lune est un morceau de Terre aussi, et oui
Quand l'équivalent de milliards de bombes atomiques
Feront un jour 12 plaques tectoniques !
A la physique galactique, la Terre sait s'adapter
Ainsi, il y a plus de quatre milliards d'années
La journée durait 6 heures
Il y a 400 millions d'années
La journée durait 21 heures
Et sans la lune, pas de marées
Nous ne pourrions ni rire, ni pleurer !
Ni nous attrister des chiens de garde du capital
Nouveaux ou anciens, toujours à se congratuler
Qui se cirent les souliers, en direct ou en différé
Dans leurs journaux, leurs radios, leurs télés
Feu ( 1905-1940 ) Paul Nizan , fasciste puis stalinien
Annonçait leur modernité qui revient
Certes, il fut stigmatisé par les siens
Peut-être, mais cela n'empêche rien !
Ce sont des êtres humains qui sont des requins
Du moins, certaines et certains
Mais inoffensifs sont la plupart des requins
Comme ceux des grandes profondeurs, ces malins
Il fallut attendre 1977, pour en apercevoir un
Comme le Coelacanthe, en 1938, si tellement ancien
Comme l'écorce terrestre dont nous ne connaissons rien
Tout forage semble vain
12 km maximum, car 30 degrés de plus tous les kilomètres
C'est une prouesse au mètre par mètre
Les intellectuels sont au service du capital
Les artistes sont au service du capital
Ce sont des mercenaires interchangeables
Qui sont surtout experts dans l'art de la fable
Il s'agit d'anesthésier les masses
Pour qu'elles restent dans la crasse
Ainsi, chacun à sa place, chacun dans sa classe
Ainsi, chacune à sa place, chacune dans sa classe
Le fascisme libéral est un grand bazar
Où rien n'est laissé au hasard
Crachat permanent à la tête des gens
Et banalisation du mépris comme meilleur agent !
Bientôt
Tout être humain sera un flic à abattre
Et plus que des explosifs pour débattre
Il n'y a plus rien de populaire
Sinon le populisme réactionnaire
Ou alors, en 1948, les ouvriers de Pessac, les castors
Qui construisaient leurs maisons, c'était fort
Leurs mains étaient comme de l'or
Et qui ont su prouver alors
Que si les patrons ont besoin des ouvriers
Les ouvriers n'ont pas besoin des patrons
Mais hélas
Le populisme c'est le fascisme des pauvres
Toutes les frustrations des pauvres
Il y a un fascisme pour les pauvres
Il y a un fascisme pour les riches
Calcul pur pour les uns, bêtise pour les autres
Il n'y a plus de peuple, c'est moche
Plus que le populisme, même de gauche
Cela ne lit jamais un livre de subversion
Et des obèses, cela fait partie comme 40 millions
Aux Etats-Unis, les ricains, et de leurs animaux aussi
Aux loi de la publicité alimentaire, soumis
En vérité, l'esclavage n'a jamais été aboli
Comme à Cuba, en 1886, c'est une plaisanterie
Et c'est valable pour tous les autres pays !
A quoi servent tous les écrits ?
200 mots par minute pour un lecteur moyen
Sans la compréhension c'est totalement vain !
C'est du Drongo, l' oiseau imitateur
D'autres oiseaux, au moins 51, ce menteur
Moins usurpateur que les régimes
Pour faire maigrir, un problème de satiété
Effet cliquet, effet yoyo, c'est de la frime
80 pour cent d'échecs, c'est obligé d'échouer
Seul le nutritionniste compétent peut y remédier
Sinon, anémie, AVC, dépression
Masse osseuse et autres complications !
Les pauvres se font des crasses
Ne sont pas solidaires, entre eux, se cassent
La misère est réactionnaire
Les riches sont solidaires
Se serrent les coudes, sont communautaires
Ils et elles ont besoin de la misère
La richesse est réactionnaire
Et notre faculté d'oubli
Des massacres et toutes les épidémies
Comme la réduction des indiens du pays Guarani
Capturés ou tués, 300.000 indiens
Au sud de l'Amérique vers 1620
Par les Mamelucos, portugais et métis, assassins
Et il y avait dans certaines régions
Au kilomètre carré, avant leur extermination
Autant d'indiens, qu'en 1789, en France
Soit 50 habitants au kilomètre carré, pas une évidence !
Il faut être un volcanologue à toutes les théories
Une lave orgasmique qui de tout fait fi
Et la dérive des continents
Devint la tectonique des plaques
Même processus, aucun vrai changement
Changement de la continuité
Continuité du changement
Comme tous les régimes politiques
Toujours des baffes, toujours la trique
Tous les VRP du capital
De tout le fascisme libéral
Hollande, Poutine, Obama, Merkel
Et tant de ils et tant de elles
C'est la société spectaculaire marchande techno-industrielle
Quand le fascisme se dit contre le fascisme
Et toutes les facettes de ce tautologisme
Le mot n'est plus jamais la chose
En politique comme pour la rose
Comme tous ces rois, aristocrates ou bourgeois
Qui furent ou sont des francs-maçons
Donc une mode même chez la réaction
De toutes ces pitreries
Le capital en raffole à l'infini
Tout a été sali, galvaudé, falsifié, récupéré
Ah ! n'être plus rien pour pouvoir respirer !
Comme le corail, 0,5 pour cent
De tous les fonds marins
Mais cela fait vivre 25 pour cent
Des espèces qui vivent dans les fonds marins !
Ignorance de la misère
Misère de l'ignorance
Cela rend bête et méchant la guerre
Cela rend bête et méchant la souffrance institutionnalisée
Cela rend bête et méchant le travail salarié
Et plus aucune bagatelle
Plus de femmes en porte-jarretelles
Aucune folie en tête pour elles !
La femme comme butin de guerre
Qui s'offre au plus guerrier, au plus réactionnaire
Au fond qui à quelque chose
A gagner ou à perdre
Est un bourgeois ou une bourgeoise
De haut, personne je ne toise
C'est simplement la vérité
La conclusion, à nous de la tirer !
Comme les séries télévisées
De la survie organisée, il faut les gens, les préparer
De la catastrophe organisée, gérée, planifiée
Plus de gauche, d'extrême gauche, de droite, d'extrême droite
Mais tout simplement, du capital, des VRP !
Le capital n'a pas de préférence
Quand il est administré, peu lui chaut sa mouvance
Et je le redis, pas d'amitié, pas d'amour
Dans la hiérarchie, dans la compétition
Dans la dominance, dans la soumission
Pauvres ou riches, c'est de la contrefaçon
Nous n'avons que des rivaux et des rivales
Des concurrents et concurrentes, c'est fatal !
Tout le monde y milite, répression participative
La révolution doit commencer là
Dans nos rapports quotidiens à cela
Au changement intégral nos âmes ne sont pas réceptives
Il n'y a pas de diversité de pensée
Dans l'esclavage généralisé !

Patrice Faubert ( 2014 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "

Faubert Patrice

Messages : 947
Date d'inscription : 14/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum