Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 25 le Dim 18 Jan - 6:18
Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Poème choisi

Paraphysique de l'interactivité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Paraphysique de l'interactivité

Message  Faubert Patrice le Jeu 31 Juil - 23:47

" La liberté de ton, l'audace critique et la dérision à l'endroit des préjugés les plus solidement établis nous fournissent par contraste la mesure de l'étroitesse de nos pensées et de nos moeurs dans une civilisation qui se targue d'avoir renversé tous les tabous, alors que plus elle croit avoir conquis de droits et de libertés, plus elle étouffe dans le carcan du conformisme et se plie avec soumission au contrôle généralisé des corps et des âmes. "

Jean Levi ( né en 1948 ) orientaliste, traducteur du livre " Les fables de maître Lie, Editions de l'encyclopédie des nuisances, 2014 "

Tout resurgit de l'oubli
Comme la place Tian'Anmen en Chine
Sur les étudiants, firent feu, les soldats du parti
3000 morts, au moins, pour avoir réclamé un peu de démocratie
C'était le 4 juin 1989, avec une répression pas fine
Et déjà le 7 mai fut déclarée la loi martiale
Ce qui annonçait cette issue fatale
Pourtant les jours précédents
1 million de personnes manifestèrent
A Pékin, pour exprimer une noire colère
Avec le risque d'être arrêté et interné
L'hôpital psychiatrique pour qui ose manifester
Depuis avril 1989, le pouvoir chinois en était excédé
En 2014, tout est oublié
Et puis, il est interdit d'en parler
Sinon, par la psychiatrie étatique, votre cerveau est lavé !
Est-ce si différent
Dans les autres pays ?
Simplement au lieu d'un seul parti
C'est toute une ribambelle de nombreux partis
Et finalement
C'est beaucoup plus efficace
Pour tenir et museler les masses
Avec le parti unique, c'est moins amusant
Alors qu'il est bien évident
Que tous les différents partis
Sont un seul et même parti
Mais avec des noms différents
Le mensonge est subtil et élégant !
Un peu au fond, autre registre
Comme sur la prétendue hystérie féminine
De quoi écrire tout un chapitre
Le médecin branleur à la poigne qui s'échine
Puis vint ( 1833-1900 ) Mortimer Granville, médecin
Avec son ( 1883 ) percuteur mécanique à ressort, très malin
En Europe, à cette époque, l'hypocrisie était coquine
Il y eut d'abord la stimulation dactyle
Puis le pénétrationnisme toujours agile
Toujours avec l'alibi médical
Il fallait traiter la femme, ce mal
Mais la préhistoire le prouve, dès 27000 avant notre ère
Le godemiché était déjà là, pour s'envoyer en l'air !
En 1920, c'est le premier vibromasseur portatif
Mais seul le sexe de l'homme pouvait être oisif
La femme ne pouvait être orgasmique
Elle fut donc déclarée hystérique
Il y eut aussi le médecin français ( 1806-1878 ) Félix Boudet
Qui masturber les dames, aussi, savait
Sans compter toutes les pauvresses
Enfermées, mutilées, moquées, comme ogresses
Sans même avoir de massages génitaux
Pour le paroxysme de la crise, provoquer
La sexualité de la femme était niée, c'était pas beau
Enfin, en 1952, l'hystérie fut reconsidérée
Ce n'était plus une maladie, mais un mythe, l'on s'était trompé !
Et au fond, tous les malheurs
Comme toutes les terreurs
Sont ce que nous pensons
Et sont donc, de ce fait, ce que nous faisons
C'est le subconscient de l'humanité
Terme inventé en 1889 par feu ( 1859-1947 ) Pierre Janet
Ce psychologue en inspira beaucoup, c'est un fait
Toute thésaurisation a des effets !
Comme l'énergie nucléaire et ses déchets
Des centaines de milliers d'années de nocivité
Aucune poubelle n'en veut
Pour s'en défaire, c'est le sauve qui peut
C'est si long à démanteler
Et encore plus difficile à stocker
Même les mines sont trop fragiles
Face à ce péril, à long terme, tout semble futile
De l'énergie nucléaire
Et au moins 140.000 personnes sans domicile
En France, ailleurs, c'est la même misère
Pourtant à peine visible dans les grandes villes !
Quand vivre devient une peine
Voilà ce que le capital sème
Pour vivre il faut du pognon
Et la délinquance est comme une obligation
Comme c'est prévu, il y a ainsi des prisons
Selon les délits, c'est tel ou tel prix
Parfois la peine de mort comme aux Etats-Unis
Dans 32 de leurs Etats, il en est ainsi
C'est le plus souvent de la torture
Sans compter l'arbitraire, les bavures
Ce fut la pendaison, puis la chaise électrique, la chambre à gaz, l'injection
Ou d'interminables peines de prison
Ce qui revient à être tué à petit feu
Comme en France, ce n'est pas mieux
Pour beaucoup
Je fais des rapprochements fous
Mais pour moi, tout est dans un même mouchoir
Et tout brûle au même bougeoir !
Sous d'autres formes
Sous d'autres normes
D'une façon l'autre, c'est la guerre
Toujours Diên Biên Phu, grande défaite militaire
Pour la France, du 13 mars au 7 mai 1954
Avec ses 3000 tués ou disparus, 2000 blessés
Et 8000 prisonniers morts en captivité
Tout cela sur 16 km de long, 10 km de large, 55 jours en 1954
Et tous les généraux, divisés, à force de sous-estimer
De jour, de nuit, dans la cuvette, une vaste vallée
A l'armée française, de stupeur, muette
Le Viêt a fait sa fête !
Et ( 1916-2010 ) feu le militaire Marcel Bigeard
Put dire " C'est râpé, c'est foutu ", ce n'était pas un bobard
La pensée militaire est partout qui étripe
L'instituteur est comme un adjudant
Le patron comme un commandant
En sport collectif, c'est le capitaine d'une équipe
De cette horreur, je me suis fait réformer
Pour cela, il y a bien longtemps, j'avais dû ruser !
Nous sommes automatisés et déterminés
Par ce par quoi nous avons été conditionnés et engrammés !
Et au Congo
Encore l'armée, et c'est pas rigolo
Depuis 1996, au moins 6 millions de morts
Soldats du Rwanda, Burundi, Ouganda, ils font les forts
Armés, soutenus, par les multinationales
Etats-Unis, Chine, Europe, c'est l'aval
Un massacre de femmes et d'enfants
Par des militaires complètement déments
Viols de masse qui répandent le SIDA
Tout le monde est complice, voilà !
Car le Congo, c'est surtout, pour le capital
Qui bien entendu, ne pense pas à mal, on en rigole
Des mines, or, étain, diamant, gaz, pétrole
Uranium, et surtout l'indispensable coltan
Il le faut pour fabriquer nos électroniques composants
Nos télévisions, nos ordinateurs, nos mobiles
Ce qui est censé nous divertir, et nos armes et nos missiles
Rien n'est plus anodin
Le capital ne fait rien en vain
Les cellules du capital sont les êtres humains !
Comme l'UNEF ( union nationale des étudiants de France ) fondée en 1907
Qui eut dans ses rangs, toutes les fractions du capital
Des JM Le Pen, des JM Lustiger, des J Sauvageot, d'autres lots
La guerre d'Algérie la divisera, pas trop tôt
Pour ou contre les colonies, 1959/1960, et sa droite qui en fit râle
L'UNEF entravera mai 1968 de l'intérieur
Organisant son échec, du pouvoir, elle deviendra son interlocuteur
Toutes les figures spectaculaires de notre temps
De toutes tendances, sont issues de ses rangs et divers courants
Le capital a de multiples représentants !
Et dire ce qui est n'est jamais diffamant
C'est ce qui n'est pas qui est infamant
De nos jours, traiter Hitler de nazi
Serait de la diffamation, c'est du joli
Comme de dire que sur Internet
Tout deviendra payant, c'est net
Ou alors avec de la publicité, pour avoir son blog, ou regarder une vidéo
Nous sommes dans un monde sans vie et parfaitement idiot
Car tout se tient, le mien comme le tien
Et absolument tout fait lien !

Patrice Faubert ( 2014 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway.fr "


Faubert Patrice

Messages : 863
Date d'inscription : 14/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum